Rapport d’activité 2017

RAPPORT D’ACTIVITE

2017 a été pour notre association une année de grand essor.

Nous avons pu développer nos activités comme nous l’avions envisagé – et même au-delà –  lors de la dernière Assemblée générale.

Actions réalisées

  1. Réseautage
    1. Rencontre avec le directeur des HUG, M. LEVRAT et le directeur des soins, M. LAUBSCHER, en janvier 2017.
    2. Présentation de Jeux-de-GE et de nos activités au Forum des associations « Main dans la main contre le cancer » à l’auditoire Gustave Julliard le 16 mai 2017, par le Président et l’animatrice.
    3. Rencontre avec Mme FOUCHARD, responsable des soins du département de neurosciences cliniques, en août 2017 pour une future intervention auprès de deux unités de Beau-Séjour.
    4. Notre animatrice et Mme Monod, directrice des soins de Belle-Idée, se sont rencontrées à sept reprises.
    5. Présentation de l’association et de nos activités à tous les IRUS cadre de Belle-Idée en octobre 2017.
    6. Participation de l’animatrice à 4 soirées autour des jeux pour découvrir les nouveautés.
    7. Participation de l’animatrice et de la secrétaire à un colloque sur le Crowdfunding organisé par la banque Raiffeisen,afin de voir dans quelle mesure nous pourrions développer et améliorer notre recherche de fonds.
    8. Organisation de deux réunions du Comité ainsi que d’une AG.
  2. Développement des activités.
    1. Présence dans 9 unités des HUG, ce qui est trois fois plus qu’en 2016. Les nouvelles unités où nous intervenons :
    2. Curabilis à Belle-Idée, avec des patients âgés de 30 à 60 ans, qui suivent un programme de réinsertion.
    3. Depuis octobre 2017 – les jeudis de 13 h 30 à 15 h 30, jeux avec 2 à 4 personnes.
    4. Unité Allondon à Loëx, avec des patients de 30 à 90 ans, atteints de troubles neurologiques ou de maladies dégénératives, en attentede placement.
    5. Depuis fin septembre 2017 – 2 h 30 de jeux une fois par mois avec des groupes de 10 patients.
    6. Unités d’hématologie (chambres en isolement), avec des patients qui restent de plusieurs semaines à plusieurs mois en chambre stérile.
    7. Depuis début décembre 2017 – une fois par semaine, jeux en individuel.
    8. Engagement d’une nouvelle animatrice bénévole, Yvonne BOEHM, qui soutient notre animatrice Madeleine lesjeudis après-midis auprès des patients de l’unité de psychogériatrie de Belle-Idée.
    9. Recrutement, formation et demandes d’autorisation d’exercer auprès des HUG pour 2 futures animatrices bénévoles.
  3. Ressources
    1. Création de flyers de présentation de l’association, ainsi que de cartes de visite.
    2. Envoi de 200 demandes de soutien auprès de particuliers, de communes et d’entreprises, nous avons récolté des fonds pour un montant total de 40’050 CHF.
    3. Achat de jeux pour un montant total de 1361,35 CHF afin de répondre au mieux aux spécificités des patients des différentes unités.
    4. Adhésion de nouveaux membres pour atteindre un total de 170 personnes.
    5. 20 h de supervisions, ainsi que 15 h de formation continue aux HUG effectués par notre animatrice Madeleine.

Difficultés rencontrées

  1. Toutes les unités souhaitent que nous intervenions uniquement l’après-midi.
  2. Les patients de l’unité de psychogériatrie « Maïs » à Belle-Idée, ont de lourds troubles cognitifs, ce qui a nécessité une adaptation des jeux proposés. Notre animatrice a créé des jeux sensoriels pouvant répondre à leurs capacités cognitives, tout en permettant une approche ludique de l’activité. La session de jeux se passe les jeudis de 16 h à 18 h, c’est un des moments les plus difficiles de la journée, les patients ayant beaucoup d’angoisses.
  3. À l’unité Allondon à Loëx, les patients souffrent également souvent de troubles cognitifs, ce qui rend difficile l’animation de jeux de société classiques. De plus, dans cette unité, comme dans l’unité Maïs de Belle-Idée, la typologie des patients nécessite la présence de deux animateurs simultanément.
  4. Les activités proposées aux services d’hématologie (chambres stériles) nécessitent un conditionnement rigoureux du matériel utilisé. Ainsi, tous les plateaux et les cartes de jeux ont dû être plastifiés afin de pouvoir les désinfecter. C’est un chariot de 15 jeux différents, spécialement conditionné, qui a été préparé par l’animatrice et les soignants. Malheureusement, le processus de désinfection est long et par manque de temps l’animatrice n’arrive donc pas à faire le tour de toutes les chambres.
  5. Les procédures administratives sont longues et contraignantes lors de la demande de droit d’exercer auprès des HUG pour les nouveaux bénévoles. Cela ralentit considérablement notre procédure d’engagement.

Petits plus

  1. Les familles et les soignants sont les bienvenus lors des activités. À l’unité Maïs de Belle-Idée par exemple, plusieurs d’entre eux se joignent au groupe pour les jeux, heureux de pouvoir partager un moment de plaisir et d’échange lors de cette parenthèse dans les soins médicaux des patients et de leurs proches. Une des psychologues apprécie particulièrement ces moments qui lui permettent de découvrir ses patients dans un autre contexte.
  2. L’attente et l’accueil tout en sourire par les patients lors de l’arrivée de Madeleine et Yvonne dans les unités, est la preuve des bienfaits de la bulle d’oxygène générée par ces moments de jeux.
  3. Les nombreuses sollicitations reçues cette année de la part de nouvelles unités montrent bien la notoriété accrue des activités de l’association, ainsi que l’attente de nos interventions par les patients et le personnel soignant.

Développements futurs 

  1. Deux nouveaux bénévoles sur le terrain dès mars 2018.
  2. Interventions dans les unités OFL – ODL des Services d’orthopédie et traumatologie dès mars 2018.
  3. Augmentation de la fréquence des sessions de jeux proposées aux unités d’hématologie ; ce qui nécessite l’engagement de bénévoles supplémentaires également.
  4. Développement des interventions données à Loëx : présence plus soutenue et régulière.
  5. Intervention dans 2 nouvelles unités à Beau-Séjour, auprès de patients victimes de graves accidents, de ruptures d’anévrismes ou d’AVC qui sont atteints de troubles cognitifs et/ou moteurs.
  6. L’allégement des procédures auprès des HUG pour l’engagement de nouveaux bénévoles.
  7. Obtention de la part de la direction des HUG d’une reconnaissance de l’utilité et de la nécessité de nos interventions, afin d’établir un partenariat professionnel et d’obtenir de leur une subvention de nos activités.

Le bien-être par le jeu pour les patients des HUG